Il est des moments dans la vie où, par hasard, l’on se retourne pour constater à quel point l’on a grandi, et où l’on porte un regard nostalgique sur l’ado que nous étions. Ces jours-ci, je vis un moment comme ceux-là, grâce à un ami qui j’espère passera par ici, pour constater à quel point un statut Facebook peut influencer mon humeur…

Alors suivez-moi pour une plongée dans mon adolescence, avec une chronique que je souhaitais rédiger depuis longtemps sur LA série qui m’a doucement amenée vers la vie que je mène aujourd’hui. Cette série est aussi un des symboles de mes « années lycée » puisque j’ai commencé à la regarder en seconde. Vous l’aurez compris, il s’agit de One Tree Hill (oui je sais c’est le titre original, mais je déteste le titre français). C’est par excellence une série de filles (on ne se refait pas^^) mais j’ai quelques connaissances garçons qui sont également tombées amoureuses des personnages…

La grande question est donc la suivante : quels sont les ingrédients qui en ont fait le succès durant les neuf saisons qui la composent ?

Avant de passer à l’intrigue pure et à la présentation des personnages, il me faut mettre l’accent sur les deux traits singuliers qui m’ont fait me reconnaître dans cette série : la musique et la littérature.

La bande originale de cette série est extrêmement riche et m’a permis de découvrir, au fil des épisodes, de très nombreuses chansons et de très nombreux groupes qui ont rythmé et rythment encore ma vie et ma consommation musicale. Il serait difficile de n’en choisir que quelques-uns tant les pépites jalonnent les intrigues. Alors je signale des groupes géniaux tels que Keane, Jimmy Est World, Future of Forestry dont vous entendrez la chanson dans la vidéo ci-après, et des artistes que j’écoute encore avec plaisir comme Bethany Joy Galeotti qui tient le rôle de Haley James Scott, ou bien le groupe Wakey! Wakey! avec sa pop symphonique qui me transporte… Mais l’important, c’est que chaque chanson nous procure une émotion en rapport avec l’intrigue, et bien souvent en rapport avec un sentiment qui est le nôtre et qui est magnifié par la dite chanson. Mais n’est-ce pas là le rôle de la musique ? C’est une autre question à laquelle j’essaierai peut-être de répondre prochainement.

La littérature ensuite, parce que de nombreuses citations sont distillées au fil des saisons, qui m’ont permis de découvrir beaucoup de grands écrivains Américains ou Britanniques, et de considérablement nourrir mon carnet de citations. De Shakespeare en passant par Steinbeck… En somme il était difficile pour moi de ne pas adhérer à cette série étant donné qu’elle regroupe les deux domaines qui me passionnent le plus dans la vie.

De plus, les personnages sont également extrêmement riches, puisque si la série dure neuf saisons, cela représente à peu près une quinzaine d’années dans la vie des personnages que l’on voit grandir et devenir adultes. Ils passent du lycée à la fac et de la fac à la « vraie vie ». Alors oui, je le sais, et je ne le nie pas, il y a beaucoup de clichés dans cette série et certaines intrigues sont cousues de fil blanc… Pourtant, les émotions profondes des héros correspondent à ce qu’un ado peut ressentir. Et (ce n’est que mon opinion et mon ressenti), il m’a été très facile de m’identifier à beaucoup de personnages, à tour de rôle, parce qu’à un moment, leurs mots correspondaient à ce que j’avais dans le coeur et, ou dans la tête. Les joies de la TNT font que beaucoup de séries sont rediffusées régulièrement et One Tree Hill ne fait pas exception. C’est ainsi qu’aujourd’hui, j’ai revisionné un épisode dans lequel une des productrices de musique essaie de convaincre un musicien de faire un album et elle a cette réplique :

« Les gens sont touchés par ce qui est personnel, ils aiment acheter des disques qui sont personnels parce qu’ils veulent entendre les mots qu’ils n’osent pas dire ».

Ça, c’est exactement ce que l’adolescente que j’étais ressentait quand elle regardait passionnément les histoires de Lucas, Nathan, Brooke, Payton, Haley et les autres. Les prénoms sont « labellisés US » et font clichés, mais les personnages qui les portent nous aident à grandir. En tant qu’adulte, je constate que, oui, la série est bel est bien destinée à un public d’ados. Mais quel mal y a-t-il à regarder un peu en arrière avec la bienveillance que l’on apprend chaque jour à acquérir pour ses rêves et ses utopies ?

Je me rends compte qu’il est compliqué de parler d’une série sans la résumer, et sans trop en dire, ou pas assez. Alors je préfère, comme souvent, vous laissez en cadeau une petite vidéo =) et celle que j’ai choisie, pour moi, résume parfaitement l’esprit de la série… Il s’agit des dernières minutes de l’épisode 22 de la huitième et avant-dernière saison. Alors je m’efface, devant les personnages, devant une des plus belles chansons que l’on peut entendre dans la série… et devant une citation =)

Enjoy and have a good watching !

© Mélanie Blondel – Tous droits réservés.